Peter Drucker : ‘Je n’aime pas le mot leader’.

Peter Drucker a pendant longtemps été surnommé le « pape du management » tant sa contribution a été importante à l’établissement d’une réflexion active sur le management.

Il est intéressant de savoir qu’il est né à Vienne, en Autriche en 1910. Les activités de son père, alors ministre de l’Économie du gouvernement austro-hongrois, lui ont permis de côtoyer dans son adolescence tout ce que l’Autriche du début du XXe siècle offrait d’hommes politiques et d’intellectuels brillants. Il reçoit une excellente éducation qui lui permet, en 1930, de débuter comme journaliste financier, spécialisé dans l’international, à Francfort (Allemagne). C’est dans cette ville qu’il poursuit sa formation et obtiendra  son doctorat en droit public et international.

Il émigre à New York en 1938. C’est dire qu’il a cotôyé de près la transformation d’un monde qui semblait tranquille dans le chaos du nazisme. C’est sans aucun doute cette proximité terrible qui l’a rendu très sensible au mot leader. Explications (extrait entretien 1998).

 

La réflexion autour du leader et du leadership est profondément politique et éthique. Et elle apporte une réponse précise à la question du « charismeé supposé nécessaire du leader.

Michael Maccoby,Michael Maccoby, psychanaliste et consultant spécialisé dans la formation des managers du leadership a écrit il ya quelques années un livre intitulé The Leaders We Need: And what Makes Us Follow. (Les leaders dont nous avons. Et ce qui fait que nous les suivons). 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s